Savon de Marseille : démystification

Dernière mise à jour : 20 déc. 2021

La dénomination "savon de Marseille" bénéficie dans l'inconscient français d'une excellente image, qui allie "qualité", "tradition", "naturel", "authenticité", ...

Qu'en est-il en réalité ? Super produit ou abus de marketing ?



Un peu d'histoire :

Au départ, était le savon d'Alep, inventé il y aurait quelque 3500 ans. Une technique archaïque basée sur l'huile d'olive, la plante salicorne et sur une cuisson à ébullition (120°C) pendant 3 jours. Ils se rendent compte qu'en ajoutant de l'huile de baie de laurier, le savon va mousser. Et voilà, basique.

Le savon de Marseille, c'est Louis XIV qui l'établit à Marseille, au plus près de la méditerranée, pour améliorer l'hygiène des français et devenir plus autonome vis à vis du Moyen Orient. Sa recette initiale copie le savon d'Alep, avec toutefois d'autres huiles moussantes. Donc, le savon de Marseille garde une technique archaïque de fabrication basée sur les connaissances d'il y a 3500 ans.




La Tradition et le Marketing :

"Un véritable savon de Marseille traditionnel". Rien que cette phrase rassure le consommateur. Allez savoir pourquoi ? Parce que c'est un repère d'authenticité auquel on aime à s'accrocher au regard des produits chimiques que les industriels utilisent pour répondre à la productivité et à la rentabilité.

Et donc, naturellement, les vendeurs, marchands et marketeurs profitent de ce sentiment, en usent et en abusent.

Les plus gros fabricants de "savons de Marseille" sont chinois et turcs. Tout le monde veut gagner des sous facilement et tire les ficelles de la sacrosainte tradition.


Les dérives commerciales :

L'industriel américain Johnson & Johnson, multinationale tentaculaire, possède le fabricant "le petit marseillais", et surfe sur la "tradition" et sur l'image pour vendre sa chimie. Sans penser complot de "Big Pharma", on peut tout de même se poser légitimement la question sur les produits réellement vendus derrière la fumée marketing : leur composition, leur éthique, leur impact santé et environnemental, leur destination dollars ?

Et donc, parmi les produits en étals des grandes surfaces ou dans les camions d'Amazon, qui affichent "savon de Marseille, tradition, ancien, etc", on retrouve une grosse part de produits malhonnêtes. Les ingrédients de savons industriels y trouvent des débouchés bien cachés : l'huile de palme, les conservateurs, les gélifiants, les texturants, les tensio-actifs de synthèse, le laureth sulfate de sodium, "en veux-tu en voilà" ...



Les propriétés avancées, imaginées et réelles :

Alors, est-il justifié de faire autant confiance à cette estampille "savon de Marseille" (ou d'Alep d'ailleurs), en supposant qu'il ne s'agisse pas d'un ersatz bas de gamme ?



1. le procédé :

  • il est archaïque et date de l'époque où on ne connaissait pas la chimie et où on procédait avec les moyens du bord : l'huile d'olive comme constituant principal et l'huile de baie de laurier (Alep) ou coprah (Marseille) pour faire mousser,

  • il est extrêmement énergivore (3 jours de cuisson à 120°C au minimum !),

  • il permet de produire de grandes quantités, dans de grandes installations,

  • il sépare la glycérine du savon, glycérine qui est valorisée par ailleurs.

2. les utilisations :

  • dépourvu de glycérine, il est raiche : essayez de vous laver les mains 50 fois dans une journée avec du savon de Marseille : ça va saigner !

  • en copeaux pour la lessive, il sera peu efficace car les acides gras de l'huile d'olive ne sont pas les meilleures pour laver.

3. En comparaison, le savon saponifié à froid :

  • ne demande pas d'énergie, la réaction est autonome,

  • conserve la glycérine et donc assure douceur agréable et protection de la peau, même 50 fois par jour,

  • permet avec des huiles mieux adaptées, après déglycérination, de faire une lessive vraiment efficace.



Conclusion :

L'estampille "savon de Marseille" (et "savon d'Alep") est clairement une ficelle commerciale qui répond à une croyance populaire quant à la qualité artisanale ou authentique de produits au procédé archaïque et aux piètres propriétés. Packaging, vocabulaire, messages, couleurs, formes sont systématiquement dans la logique de "tradition" et d'"authenticité" au détriment de la vraie nature du produit.




Faîtes votre choix en connaissance de cause sans croire sur paroles les messages publicitaires guidés par le marketing qui cherche à vendre pour vendre.

Faites le choix de la sincérité plutôt que de la duperie marketing !


34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout